Le Cap Tourmente et ses Oies des neiges

06:00


La réserve du Cap Tourmente se trouve à une cinquantaine de kilomètres au nord de Québec, à Saint Joachim, en face du Mont Saint Anne. Cette réserve faunique a été créée en 1978 et a pour but de protéger un marais, l’habitât naturel de la Grande Oie des neiges lorsqu’elle migre. 

Au printemps et à l’automne, les oies des neiges viennent par centaines se (re)poser au bord du fleuve St Laurent, en face de la pointe de l’île d’Orléans. Le marais leur permet de trouver de la nourriture en abondance. Elles sont fidèles chaque année à cet endroit. 
C’est assez magique de leur voir dans cette terre humide et de savoir qu’on les reverra au printemps. Ce sont elles qui annoncent les saisons. 


Elles arrivent de l’Extrême-Arctique canadien (le point le plus au nord du Canada) et elles s’en vont passer l’hiver sur la côte Est des États-Unis : du New Jersey jusqu’à la Caroline du Sud. Elles parcourent environ 4000 km à chaque migration, ce qui fait d’elles les oies ayant la plus grande migration. Elles quittent leur aire de nidification (le Grand Nord) lorsque le sol et les étangs commencent à geler. Leur migration se décompose en plusieurs parties. Tout d'abord, elles volent plus de 1000 km pour atteindre l'île de Baffin au Nunavut où elles se reposent plusieurs jours. La seconde étape est le Cap Tourmente où elles reprennent des forces avant la dernière étape de leur voyage. Elles y restent en moyenne 19 jours. 

La réserve faunique du Cap Tourmente a aménagé un petit sentier en bois, qui porte bien son nom «Le Bois sent-bon». Ce sentier d’un kilomètre (petit chemin en bois) vous emmènera directement en face du marais où les oies se reposent. Il y a une structure en bois avec des grandes ouvertures dans laquelle vous pourrez observer les oies (il y a même des jumelles dont on peut disposer gratuitement) et les guides de la réserve seront là pour vous expliquer les oies et leur migration. 


Nous sommes allés passer la fin de semaine de l’action de grâce (Thanksgiving canadien) là-bas. En plein été des indiens, avec des couleurs d’automne magnifiques. Ça valait vraiment le détour. Surtout que cette année l’accès à la réserve est gratuite pour le 150ème anniversaire du Canada.

Vous pourrez aussi aimer

0 commentaires